Moniteur guide de pêche à l’Île d’Yeu

Interview de Erwann Dureau, moniteur guide de pêche à l’Île d’Yeu

Ancien marin-pêcheur reconverti en moniteur guide de pêche depuis 4 ans, Erwann enseigne les techniques de pêche aussi bien aux initiés qu’aux novices.

Devenir moniteur guide de pêche

Comment vous est venue l’idée de passer de marin-pêcheur à moniteur guide de pêche ?

C’est une passion, une envie de changement… mais en restant dans le domaine maritime. J’ai fait treize ans de pêche professionnelle. Un jour, j’ai décidé de changer : j’ai passé presque un an et demi à l’école pour passer les diplômes nécessaires pour devenir moniteur guide de pêche.

Qu’est qui vous plait dans l’activité de moniteur guide de pêche ?

C’est la passion commune avec les clients pour la pêche et la mer. Qu’ils soient novices ou amateurs, les gens viennent pour pêcher. Ce qui me plaît, c’est le contact avec ces gens-là. Et il y a un partage. Transmettre et partager, ça, c’est vraiment chouette !

La pêche en mer à l’Île d’Yeu

Quelles prestations proposez-vous ?

J’ai deux formules :

– une formule demi-journée, d’« initiation » : 5 heures de mer,

– une formule « prestige » : 9 heures de mer, une journée complète.

Les tarifs, sont dégressifs, de 22€ à 27€ par heure par personne.

Comment se déroule une sortie de pêche en mer ?

Si ce sont des clients novices, je commence par leur apprendre à lancer : quand on pêche au leurre, on lance et on ramène pour donner de la vie au leurre. Je leur fais voir deux-trois leurres différents. Ensuite, éventuellement, je leur apprends un ou deux nœuds.

Si c’est du perfectionnement, c’est vraiment à la demande des gens. Il y a de quoi passer des journées entières, on a des centaines de leurres et de techniques de maniement différents…

Quel type de pêche faites-vous ?

Sur mon bateau, on pêche du bar et du lieu. Je ne pêche pas avec des appâts, je ne pêche qu’avec des leurres (petits poissons nageurs artificiels en plastique mou ou en plastique dur). L’intérêt de ces techniques, « modernes », c’est qu’on ne piège pas avec un appât, on essaye de leurrer le poisson.

A partir de quelle période commencez-vous les sorties guidées ?

Je commence au 1er avril pour respecter le repos biologique du bar, qui se reproduit de janvier à mars, et je finis mi-novembre.

Dans quel secteur allez-vous pêcher autour de l’Île d’Yeu ?

Au niveau de la réglementation maritime, j’ai droit à 20 miles nautiques (environ 38 kilomètres) autour de l’Île d’Yeu.

Pour le bar, c’est principalement en pêche côtière. J’aime bien tout le côté Nord-Ouest de l’île : la Pointe du But, le Châtelet… Tous ces coins-là, c’est mes petits « quartiers ».

Pour le lieu, c’est plutôt des pêches hauturières, plus au large. Ce sont des pêches profondes, sur des épaves, sur des cailloux profonds, dans 50, 60, 70 mètres d’eau. Ca va aussi bien du Nord de l’île au Sud de l’île.

Et c’est au feeling… J’ai des centaines de spots de pêche différents.

La pêche en mer est-elle difficile ?

Les poissons que l’on pêche sont des carnassiers qui ne réagissent pas tout le temps, pas tous les jours. Donc parfois, la pêche devient très compliquée. Il faut pêcher très fin, il faut avoir des approches très discrètes des zones de pêche.

Avez-vous des astuces de pêcheur pour flairer le poisson ?

Il faut rechercher les meilleures conditions, se concentrer sur les marées, sur le fait qu’il n’y ait pas trop de vent. Les marées montantes, c’est toujours meilleur que les marées descendantes, par exemple. Ce ne sont pas vraiment des astuces, ce sont des règles que l’on voit souvent.

Vu sur votre blog : la pêche en Thaïlande – Qu’est-ce que ça vous a apporté ?

La découverte d’une autre espèce de poissons, puisque c’était de la pêche en eaux douces, sur des carnassiers. Et c’est le fait de changer, de découvrir d’autres techniques.

Quelles sont les meilleures conditions de pêche ?

Pour le bar, il faut que ça brasse un peu. Il faut aussi des coefficients moyens, de 70-80, et pas trop de vent. Le vent n’est pas trop gênant pour le poisson, mais si on a trop de vent, on n’arrive pas à lancer correctement.

Pour le lieu, c’est tout l’inverse : il faut un calme choc : il ne faut pas du tout de vent, de préférence pas de houle non plus, donc pas trop de mer.

Existe-t-il des risques ?

Au large, il n’y a pas réellement de danger.

En pêche côtière, il faut être vigilant, car le bar aime bien la houle. En principe, plus ça remue, mieux c’est. Là, du coup, il faut être prudent. Moi, je me donne des limites à respecter : 1,30m-1,50m de houle et 25-30 km/h de vent. Je préfère annuler mes sorties que de faire une sortie bancale.

Combien de personnes pouvez-vous accueillir à bord de votre bateau?

J’embarque deux clients au minimum et quatre au maximum, éventuellement cinq si c’est un groupe déjà constitué (des amis ou une famille).

Présentez-moi votre navire…

C’est un bateau qui a été fait sur mesure pour mon activité, très large : il fait 7,20m sur 2,80m. Ca permet d’avoir un bateau très stable. Il est motorisé avec un gros moteur de 150cv. C’est un bateau en aluminium, en coque « open », donc sans passerelle : on peut circuler tout autour du bateau, c’est très pratique pour pêcher.

Qui sont vos clients ? Des familles, des amis ? Des hommes, des femmes ?

Le bateau est ouvert à tout le monde. Je considère qu’à partir de 13-14 ans, un enfant est susceptible de pouvoir lancer correctement, d’avoir une certaine autonomie. Mais ça m’arrive d’avoir des enfants un peu plus jeunes car ils ont déjà pêché, avec leurs pères, par exemple. En tout cas, je n’embarque jamais d’enfants sans adultes.

Des groupes, des familles… j’ai un petit peu de tout ! Cela arrive souvent qu’en plein été, j’ai deux pêcheurs accompagnés de leurs femmes. J’ai un tarif accompagnateur.

Une bonne surprise pour les femmes : elles sont en général meilleures que les hommes ! Elles sont plus rigoureuses. Même si ça peut paraître anodin, parfois, le poisson est très difficile, il faut être très tactile et elles sont bien plus douées. Tu leur dis une fois, elles ont pigées !

Vos clients sont-ils davantage des pécheurs confirmés ou bien des novices de la pêche ?

Il y a quand même une bonne partie de gens qui ne connaissent pas ou peu la pêche. J’ai beaucoup d’initiations, sur la saison estivale, surtout. Ceux qui connaissent bien la pêche viennent plutôt en hors-saison, au printemps ou à l’automne, puisque ce sont les meilleures périodes de pêche.

Avez-vous eu des surprises, des anecdotes avec des clients ?

Oui, des prises « hors-normes » : des saint-pierre, des cabillauds, des morues, des lottes, des encornets… des poissons que l’on n’a pas l’habitude de voir. Ou de très gros poissons : par exemple, j’ai le souvenir d’un lieu qui faisait plus de 10 kg et 1,20m de long, ou de très gros bars.

J’ai d’ailleurs une anecdote rigolote : l’année dernière, le plus gros bar que l’on ait pêché sur mon bateau pesait 6,7kg, et c’est une jeune fille de 11 ans qui l’a pêché, dans le cadre d’une initiation ! C’est un poisson que tout pêcheur amateur rêve de prendre une fois dans sa vie. D’ailleurs, j’encourage les clients à remettre à l’eau eux-mêmes pour qu’ils aient la sensation d’avoir fait quelque chose de sympa.

Comment prendre contact avec vous ?

Par Internet, via mon site : www.iledyeu-pecheenmer.fr

Directement sur ma boite mail : erwann.dureau@orange.fr

Par téléphone : 06 77 62 27 34

 

Cette entrée a été publiée dans ile d'yeu. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Moniteur guide de pêche à l’Île d’Yeu

  1. Robin from pneusracing.com dit :

    Franchement, quel métier terrible.. Partir en mer pour accompagner des gens heureux d’être là tous les jours, ça fait presque autant rêver que de prendre un petit stage de pêche en mer :)

  2. reputationvip dit :

    Merci IleOya pour cet interview de Erwann Dureau, moniteur guide de pêche à l’Île d’Yeu ! Se trouver à la mer toute la journée, c’est un travail passionnant, je trouve !

  3. Enaco from Formation à distance dit :

    J’aurais aimé qu’il détaille plus son expérience en Thaïlande ! Pêcher là-bas doit être magique avec les paysages, l’eau et les espèces qu’on ne trouve pas ici ! Puis surtout je ne savais pas du tout qu’il existait des « excursions pêche » ^^ À noter dans ma to do list pour mes futurs vacances :)

  4. roger from terrassement 06 dit :

    La pêche ! rien de mieux pour vider sa tête.
    Des souvenirs de pêche rempli avec mon père quand j’étais jeune, ça me donne envie de refaire ces journées, et avoir un guide de pêche voilà ce qu’il me faut car toute les bases que j’ai pu avoir grâce a mon père ce sont envolée avec le temps…
    Merci pour cet article et cette bonne adresse.

  5. karine from impression carte de visite dit :

    Bonjour
    J’ai beaucoup aimé l’interview d’erwann et ça donne vraiment envie de tenter la partie de pêche en famille. Par contre le lien n’est plus valable pour son site internet. Est-ils possible de savoir si son activité est toukours présente dur l’ile d’yeu.
    Merci

  6. Franck from chm-montalivet dit :

    Vous nous donnez vraiment envie de venir particuper à vos sessiosn !

  7. devoirs dit :

    Merci IleOya pour cette article de Erwann Dureau, Je suis intéressée par votre annonce .

  8. Lila from Location de motoneige dit :

    Depuis mon enfance, j’aime faire la pêche à la campagne, on ne m’a jamais appris alors qu’il y a des bonnes techniques à savoir. Votre interview m’impressionne, merci de nous avoir partagé cette expérience, ça me donne envie de visiter l’île d’Yeu à tout prix.