Quoi penser de la saison estivale 2012? Perspective 2013…

Le mois de septembre est traditionnellement le mois du bilan de saison. Si comme nous vous suivez un tant soit peu les tendances, vous aurez remarqué que les statistiques ne sont pas cohérents en fonction de qui les formule.

Essayons d’y voir plus clair donc.

Au plan national :
Commençons par notre partenaire Protourisme, qui enregistre une baisse de 5% des nuitées en France et un budget de plus en plus serré.
L’UMIH, quant à elle, est nuancée en fonction de la destination. Globalement, le syndicat hôtelier relève une baisse globale de l’ensemble de ses adhérents: entre -15 et -30% pour les restaurants traditionnels.
Le 2ème syndicat Synhorcat déplore une saison des plus calamiteuse avec une tendance inquiétante en partie due par une météo mauvaise.

Au plan local, la situation n’est gère meilleure, j’en veux pour preuve ce document du CDT Vendée: Tendances de la saison touristique 2012

Ce document est particulièrement révélateur du sentiment des professionnels:

Edit: Les chiffres suivant expriment le % de professionnels ayant subit une baisse sur la saison 2012 en Vendée selon l’étude.

  • Hôtellerie de plein air: 70%
  • Hôtellerie traditionnelle 51%
  • Agence immobilière 75%
  • Résidences et village vacances 51%
  • Restaurant 76%

Si cela n’est pas un été catastrophique…

Il faut donc dire les choses telles qu’elles sont, notre saison fût mauvaise, et ce pour plusieurs raisons. Indépendamment de la crise que nous avons eu en 2012, les élections nationales ont perturbé, comme toujours, l’avant-saison. Ensuite, les 30% de personnes qui réservent en dernière minute ont été découragées par la destination France due à une météo particulièrement mauvaise.

Alors comment faire face à cette tendance lourde ?

Une des solutions est de se professionnaliser encore en instaurant des éléments de différentiation plus forts pour ne pas rester dans le ventre mou de l’hébergement touristique. Il faut également comprendre que la destination ne fait pas tout, il faut dès à présent penser en terme d’expérience client par des produits de découverte : randonnée, bien-être…

Il faut ensuite continuer à investir dans la rénovation comme nous le précisions dans notre article sur les leviers de financement.

Enfin, il faut de plus en plus prendre en compte l’e-réputation, sujet qui fera l’objet d’un prochain article.

 

 

Cette entrée a été publiée dans ile d'yeu, Non classé, vacances, Vendée, village vacances. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Quoi penser de la saison estivale 2012? Perspective 2013…

  1. precision@precision dit :

    Une lecture attentive du document produit par Vendée Tourisme cité dans l’article, serait judicieuse pour l’auteur. Il faut comprendre par exemple que 70% des hôteliers de plein air enregistrent une baisse de fréquentation cette saison et non que la baisse de fréquentation est de -70% en camping comme le suggère l’auteur de l’article.
    Cela reste un bilan négatif, certes, mais peut être pas si catastrophique que semble le dire l’auteur, attendons de voir les résultats définitifs avant de faire le bilan. Dans le bilan de saison dressé par Vendée Tourisme, qui repose sur une interrogation d’un nombre important de pro, ils parlent plutôt d’une tassement et d’une saison contrasté ; des propos plus modérés, semble t-il (mais peut être se trompent t-ils?)
    Cette année présentait une conjonction de facteurs négatifs qui jouent inéluctablement sur les taux de départ et en bout de chaîne sur la fréquentation dans les destinations. C’est une mauvaise saison partout, peut importe les stratégies locales. Cela ne veut surtout pas dire qu’il ne faut rien faire, bien au contraire, mais il faut aussi intégrer que l’intensité de l’activité touristique varie d’une année à l’autre en fonction de plusieurs paramètres : il y aura donc toujours des bonnes et mauvaises saisons. Il faut donc s’alarmer lorsqu’il y a une suite de plusieurs mauvaises saisons, plutôt que de s’étonner d’en vivre une mauvaise ! Quelle était le bilan les années précédentes ? Selon les bilans de saison réalisés par Vendée Tourisme, les dernières saisons semblaient plutôt correctes, voire positives.
    Une question me taraude : sur quelles informations se repose l’analyse de l’auteur ?

  2. Patrick from http://www.brandizipromotion.com dit :

    Je pense que c’est une période un peu difficile pour toutes les régions françaises. Certes certaines s’en sortent mieux que d’autres, mais ce n’est plus les golden days ! Par contre, il est vrai que les français sont moins partis à l’étranger (Maghreb) et se sont plus tournés vers la France et les pays limitrophes. Cette année a été mitigé, on sent que la crise s’installe. Les gens dépensent moins qu’avant.Ils se font plaisir mais moins souvent et plus raisonnablement. En tout cas, c’est mon ressenti.

  3. Stephane from www.metafort-provence.com dit :

    Pour nous aussi en Provence la crise est passée par la, pourtant habitués à de nombreux touristes étrangers ( allemand, suisses, italiens ), cette année nous avons ressenti un véritable recul de la fréquentation, donc ce n’est pas uniquement l’effet élections nationales, mais aussi la conjoncture économique européenne qui est vraiment morose.

  4. Robin from GCP13.com dit :

    ça ne m’étonne pas franchement que le secteur du tourisme soit aussi sinistré par l’état économique de l’Europe. Inutile de dire que si l’on craint pour son avenir et que l’on souhaite épargner un peu au cas où, c’est en premier sur ce type de dépenses que l’on va taper.
    Après, il aurait été intéressant d’avoir un comparatif des pertes enregistrées en fonction du niveau de prestation proposés par chaque entreprise interrogée. Je suis à peu près certain que les prestations haut de gamme et low cost sont les moins touchées, et que les prestation de gamme moyenne sont les plus sinistrées. Vous avez des chiffres à ce sujet ?

  5. Ninon from Colonie vacances sud dit :

    En effet, comme vous dite, ce constat n’est pas catastrophique. Le secteur du tourisme, est un des seuls qui tient le coup dans cette période difficile que nous vivons. Nous espérons que l’année 2013 soit meilleure. Cependant, on constate déjà que beaucoup de réservation se font en dernière minutes, c’est assez dur pour les nerfs. Je reste pour ma part confiant pour le tourisme en France, car les vacanciers, tendent, à cause de la crise, à se rabattre sur la France pour passer leur vacances. Alors courage et patience, en attendant des jours meilleurs !

  6. seb from restaurant troyes dit :

    Pour posséder moi même des établissements qui font la plus grande partie de leurs chiffre l’été, nous ne ressentons pas trop la crise pour la saison estivale mais c’est surtout en basse saison que l’on observe que les clients locaux sortent de moins en moins quand il le font le ticket moyen est vraiment moins élevé qu’auparavant. Du coup il faut vraiment adapter sa charge de travail en fonction de cet état de fait.

  7. Lucie from camping landes dit :

    2013 semble démarrer moins bien que 2012 en terme de reservation mais il faut rester positif, beaucoup d’élements comme la météo peuvent jouer pour un rush de dernière minute.

  8. Je me souviens l’année dernière j’attendais septembre avec impatience en me disant que les saisons étaient décalées donc l’été serait en septembre octobre, grosse erreur lol puisque du coup je n’ai pas eu l’impression que l’été a bel et bien été présent :S
    Cette année je pars en septembre en Espagne et je pense que les hôtels etc ne vont pas être déserts..
    Les réservation sont déjà complètes je pense que le temps gris de ces derniers mois donne envie aux gens de partir au soleil mais ce n’est qu’un avis

  9. stephanie from camping hendaye dit :

    Sur la cote Basque, les gens réservent, tout semble bon pour Juillet Août, mais avant et après, de gros trous.

  10. Hotel Albi dit :

    l’incohérence des statistiques ne date surement pas d’aujourd’hui quoi qu’on dise elle a toujours été présente et a contribuer a bluffer les moins avertis; raison pour laquelle il ne sera jamais suffisant en mon avis de soulever l’attention des gens sur la fiabilité des informations qui leurs sont soumises et par la des sources. Je veux ajouter que c’est simplement un fait si la saison a été notamment décevante dans ce domaine du tourisme mais qui cela peut il étonner… Je veux dire si on a une mauvaise conjoncture économique il est plus que clair qu’il y aura des retombés (et c’est la toute la question parceque pour ce qui est des conditions météologiques on ne peut imputer la faute a personne… je crois)

  11. Stephanie , sur la cote basque, les gens réservent, tout semble bon pour juillet août, mais avant et après, de gros trous. C’est normal les gens partent en vacances entre ces deux périodes. Le reste de l’année week-end et RTT ils ne partent pas aussi loin et préfèrent les petits trajets. Donc 300km près de chez eux

  12. Jerome from camping cote basque dit :

    Bonjour,
    La crise a tendance à toucher de plus en plus de monde, le tourisme également même si je pense que la population fait tout de même tout pour partir en vacances. Toutefois, les budgets risquent d’être plus serrés que par le passé…il faut s’adapter donc.

  13. Julian dit :

    En effet, les sorties hors territoire ont de moins en moins la côte non pas que cela n’intéresse plus les français mais tout simplement que les moyens ne suivent plus. Je pense que c’est aussi l’occasion pour les départements de faire valoir des destinations jusqu’ici peu connues et qui pourtant peuvent réserver d’agréables surprises. Cela pourrait créer de l’emploi même saisonnier non?

  14. Guillaume from camping dit :

    Le pays est annoncé en récession, mais je doute que les français se privent de vacances, ce qui laisse un bon sursis à toutes les structures dans le tourisme…les économies se feront probablement sur d’autres points, comme l’alimentation, la fringue, l’automobile…

  15. Franck from annuaire mariage dit :

    Mauvaise saison ou pas je pense personnellement que les familles pensent plus maintenant en termes d’épargne. Ce qui ne veut pas dire forcement privation de vacances mais plutôt réduction des dépenses et donc une nouvelle étude de la destination et du coût de vie sur place. Ben je parle dans ce sens parce que j’ai vu notamment des familles dans mon entourage adopter se genre de réflexion. Mais ça devrait aller avec le nouveau régime.. lol j’espère.